Artículos

Animaux domestiques dans la littérature narrative française au Moyen Âge

Animaux domestiques dans la littérature narrative française au Moyen Âge


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Animaux domestiques dans la littérature narrative française au Moyen Âge

Por Jens N. Faaborg

Museum Tusculanum Press - Libro electrónico, 2006
ISBN 87 635 0464 2

Introducción: Si quelques-uns des auteurs de textes narratifs en ancien et moyen français n'hésitent pas à mencionner des représentants de la faune sauvage dont ils savent en général seulement qu'ils sont féroces et hostiles aux hommes, tels que lions et tigres ( 1), un plus grand nombre d'entre eux s'étendent plutôt sur d'autres animaux sauvages qu'ils connaissent mieux parce qu'il s'agit d'animaux du pays, tels que loups et renards, lièvres et cerfs, ou même vivant près des hommes, comme rats et souris. Ce sont là des animaux avec lesquels les hommes sont obligés de vivre, qu'ils craignent et détestent et dont ils essaient de se débarrasser, ou dont ils se servent pour leur nourriture ou leurs vêtements. Le renard vole les poules du paysan, le loup lui tue un mouton ou un veau; les souris font des dégâts à la campagne aussi bien qu’en ville où elles mangent le blé et rongent les boiseries. Lièvres et cerfs fournissent de la viande, surtout pour les repas des nobles, les insectes bourdonnent, les petits oiseaux chantent:

(…) Cil qui aiment en tel maniere püent estre parecido a parpillon qui tant se trait envers la clarté de la chandeille que il art. Troie, 198, 23-5.

Et les petis oisiaus savaiges Fait dous chanter per se boucaiges; Florimont, 8621-2. Cf. ib., 4231-2.

Ce fu a un matin, que l’aube iert esclarcie, que li oiselez chantent et la rose est fl orie; Rou, ii, 3183-4. Narbonnais, 5.

Les hommes doivent se protéger contre beaucoup de ces animaux, ils les chassent et les tuent et profi tent ainsi de leur viande, de leurs peaux, ou bien ils constatent simplement leur existencia sans y réfléchir.

Mais ce sont les animaux domestiques qui l’emportent - et de loin - dans nos textes. La distinción entre animaux sauvages et animaux domestiques s’avère d’ailleurs diffi cile pour certaines catégories.


Ver el vídeo: Littérature Médiévale (Julio 2022).


Comentarios:

  1. Mandar

    La gente en tales casos dice: Ahal sería tío, mirándose a sí mismo.

  2. Sacage

    Bravo, que excelente respuesta.

  3. Kagasho

    Gracias, ¿puedo, yo también puedo ayudarte algo?

  4. Kenny

    Excelente frase



Escribe un mensaje